Une promesse d’embauche est un acte par lequel un employeur fait une proposition d’emploi à un candidat. Selon la formulation, celle-ci prend la forme d’une simple offre de contrat de travail qui peut être déclinée sans conséquence par les deux parties ; ou alors la forme d’une promesse unilatérale de contrat de travail qui oblige l’employeur, son non-respect pouvant être assimilé à un licenciement injustifié.

Émettre ou recevoir une promesse d’embauche n’est donc pas un acte anodin.

Dans cet article nous vous donnons les réponses aux 8 principales questions que vous pouvez vous poser sur la promesse d’embauche en tant que chercheur d’emploi ou employeur.


Questions à se poser en tant que recruteur

Que vaut une promesse d’embauche?

La promesse d’embauche est un acte par lequel une entreprise s’engage à embaucher un candidat. Cependant, cette promesse ne vaut pas toujours contrat de travail selon les conditions dans lesquelles elle est formulée.

En effet, selon les termes employés pour formuler la promesse d’embauche, la législation française en fait soit une simple offre de contrat – qui peut être retirée à tout moment -, soit un document valant contrat de travail – dont la rupture abusive entraine un versement de dommages et intérêts.

Si l’employeur propose un engagement à un candidat, il s’agit d’une simple offre de contrat de travail par laquelle l’entreprise exprime sa volonté d’être liée par un contrat de travail avec le futur salarié.

À contrario, si l’entreprise promet un engagement au candidat, il s’agit d’une promesse unilatérale de contrat de travail qui a la valeur juridique d’un contrat de travail.

l'offre de contrat promesse cour de cassation menu site modèle

Comment formuler une promesse d’embauche ?

La promesse d’embauche peut être adressée par tous moyens au candidat, aucune loi n’encadrant la forme de cet acte. Elle peut donc être écrite (courrier, mail, SMS) ou verbale (échange téléphonique, face à face).

Il est toutefois fortement recommandé de privilégier la forme écrite pour se protéger en cas de litige.

Quelle que soit sa forme, la promesse d’embauche doit être personnelle et précise sur les termes de l’engagement. En outre, elle doit à minima préciser les éléments suivants :

  • Le titre du poste et si possible la fiche de poste
  • La date prévisionnelle d’entrée en fonction
  • Le montant du salaire
  • Le lieu de travail

Notez que comme l’a rappelé la Cour de cassation dans sa décision n° 16-14019 du 09.06.2017, la promesse d’embauche peut être assortie d’une condition suspensive telle que l’obtention d’un diplôme ou la réalisation d’une formation.


Est ce que la promesse d’embauche engage le salarié ?

Le candidat peut librement décliner toute offre de contrat de travail qui lui est faite sous réserve d’exprimer sa décision avant l’expiration du délai fixé par l’employeur.

Si aucun délai n’a été fixé par l’employeur, la rétractation de chaque partie peut intervenir après un délai raisonnable, qui ne pourra être apprécié que de façon subjective, au cas par cas.

Bien que les cas soient rares, il arrive aussi que des entreprises se retournent contre des candidats pour rétractation abusive.


Questions à se poser en tant que salarié

Si vous venez de recevoir une promesse d’embauche, alors félicitations !

Mais avant de vous détendre et célébrer, il y a quelques tâches à accomplir pour vous assurer que vous êtes en voie de décrocher le job rêvé, et surtout que la promesse d’embauche ne peut plus vous filer entre les doigts.

En effet, vous avez tout intérêt à vous prémunir des mésaventures comme celle arrivée à Marie…

Suite à une promesse d’embauche, Marie a quitté un bon travail qu’elle avait en Grèce depuis 7 ans, pour se rendre en France où elle devait poursuivre sa carrière. À peine arrivée à Paris pour signer son contrat de travail, on lui dit que le poste n’est «plus disponible» ! Marie était perdue, plutôt embarrassée à l’idée de retourner chez l’employeur qu’elle venait de quitter.

La promesse d’embauche est donc un premier pas vers la signature de votre contrat de travail. Mais certainement pas le seul.

Avant de mettre votre vie sens dessus dessous pour cette nouvelle opportunité de carrière, vous devez vous assurer d’avoir entre les mains une promesse unilatérale de contrat à partir de laquelle vous pourrez tant qu’à faire, négocier une hausse de salaire avant de signer votre contrat de travail définitif.

Suivez nos conseils pour savoir ce qu’il faut faire pour passer sereinement de candidat à salarié une fois votre promesse d’embauche en poche. Et aussi, quelques astuces pour négocier votre salaire à la hausse.


Quelle valeur a une promesse d’embauche verbale ?

Quelle que soit la façon par laquelle la promesse d’embauche vous a été communiquée, demandez que l’offre de contrat vous soit transmise par courrier afin que vous puissiez y répondre formellement en envoyant une lettre d’acceptation ou de refus (si la lettre recommandée avec accusé de réception reste la règle, la valeur juridique d’un email est désormais établie).


Puis-je me rétracter après avoir accepté une promesse d’embauche ?

Un salarié qui a accepté une offre de contrat ou une promesse unilatérale de contrat de travail, encourt le risque de verser des dommages et intérêts à l’entreprise avec laquelle il s’est engagé s’il se rétracte avant le début d’exécution de son contrat de travail.

Il en va de même pour l’entreprise, qui lorsqu’elle a fixé un délai de réflexion à sa promesse d’embauche, ne peut plus révoquer l’offre de contrat de travail avant l’expiration du délai sans risquer d’être condamné à verser des dommages et intérêts, la révocation de la promesse d’embauche produisant ici les effets d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse (injustifié).

qu'est ce qu'une promesse unilatérale de contrat de travail candidat d'embauche forme chambre sociale association date d'entrée en fonction nom

Puis-je renégocier mon salaire après avoir reçu une offre de contrat de travail ?

Recevoir une promesse d’embauche est une raison de se réjouir, mais c’est aussi l’occasion de négocier les meilleures conditions possibles, qui ne se présenteront peut-être pas avant un certain temps.

Vous devez toutefois aborder ces démarches avec tact, conserver un ton professionnel et amical au cours de ces échanges avec votre potentiel futur employeur.

La première étape du processus consiste à écrire une lettre de contre-proposition (ou un e-mail, si vous avez reçu l’offre de contrat par ce canal) pour demander le salaire souhaité.

Il n’y a pas lieu de redouter les résultats de cette démarche, qui n’est jamais qu’une pratique commerciale courante. Et factuellement, le pire qu’ils puissent dire, c’est non.

Rappelez-vous qu’une entreprise ne peut plus se rétracter sans conséquence à ce stade du processus de recrutement, étant donné qu’une promesse d’embauche vaut contrat de travail lorsqu’elle est formulée avec engagement.

Gardez toutefois à l’esprit que vous devez agir vite, c’est à dire avant l’expiration du délai fixé par l’employeur pour l’acceptation de l’offre de contrat.


Comment rédiger une contre-proposition à une promesse d’embauche d’un employeur

Puisqu’il s’agit d’une réponse à une promesse d’embauche, votre lettre de contre-proposition doit transpirer la gratitude. Après tout, votre objectif principal c’est de trouver le travail de vos rêves, la rallonge de rémunération n’étant qu’un bonus potentiel.

Vous pouvez être direct dans votre réponse, mais il faut avoir le bon ton et les bons arguments pour espérer obtenir le salaire que vous recherchez.

Voici à quoi la première réponse à votre promesse d’embauche pourrait ressembler :

1. Politesse : Utilisez une salutation simple et courtoise pour vous adresser au recruteur

2. Gratitude et enthousiasme : Remerciez-les pour la promesse d’embauche et dites à quel point vous pensez que ce poste vous ira comme un gant.

3. Le vif du sujet : Indiquez que, malheureusement, la rémunération est inférieure à ce que vous attendiez. Et si vous aviez déjà évoqué le point en entretien, jouez d’une formule du type « Après mure réflexion et des recherches supplémentaires, le salaire proposé ne correspond vraiment pas à vos attentes ni à la réalité du marché... »

4. Justifiez votre demande : Rappelez-leur vos qualifications, votre valeur et toute raison pour laquelle vous êtes passionné par cet emploi, ainsi que la fourchette de rémunération actuelle du marché pour le poste.

5. Faites une contre-proposition : Indiquez la rémunération que vous attendez en lieu et place de leur offre.

6. Soulignez de nouveau votre enthousiasme et votre gratitude : Encore une fois, exprimez votre enthousiasme quant à l’idée de travailler avec eux et combien vous attendez avec impatience l’opportunité d’être actif dans l’entreprise pour l’aider à dépasser ses objectifs.

7. Fin : Ouvrez la porte à d’autres négociations, en soulignant que vous seriez heureux de discuter du sujet plus en détail s’ils le souhaitent.

changement d'une offre de contrat qu'est ce qu'une promesse d'embauche peut formation du contrat outils cass définition candidat modèle

Conseils pour bien négocier suite à votre promesse unilatérale de contrat de travail

Les éléments ci-dessus doivent simplement vous orienter dans la réponse à adresser à votre future entreprise, suite à l’envoi de son offre de contrat.

C’est à vous de trouver l’angle d’attaque décisif, sur la base d’informations concrètes, qui pourra convaincre votre employeur d’opérer un changement sur sa proposition.

Voici quelques conseils pour trouver le bon angle.


1. Faites vos recherches

Vous devez être parfaitement au fait de ce que le marché offre comme salaire à quelqu’un de votre niveau, avec votre expérience.

Pour cela consultez des sites en ligne spécialisés, demandez leur avis à des collègues ou à des amis du secteur.

À l’arrivée, la contre-proposition à votre entreprise doit se absolument se situer dans la fourchette du marché.


2. Expliquez clairement votre valeur

Vous devez convaincre votre employeur que lorsque vous passerez de candidat à salarié, vos performances justifieront que vous soyez dans la partie haute de la grille des salaires.

Ne négligez aucun effort lorsque vous réfléchissez à des idées à présenter.

Avez-vous une compétence spécialisée qu’un autre candidat potentiel n’avait pas ? Avez-vous suivi des cours supplémentaires pour affiner vos compétences ou disposez-vous de lettres de recommandation d’anciens employeurs dont vous pouvez tirer parti ?

Tous les atouts majeurs que vous pouvez évoquer succinctement pour leur rappeler pourquoi ils vous ont choisi plutôt que d’autres candidats valent la peine d’être évoqués.

d'une promesse d'embauche contrat de travail emploi menu salarié modèle site forme candidat parties formes accès attention tous droits réservés projet non formation code civil services nature

3. Cherchez un accord gagnant-gagnant

Tout comme vous voulez vous sentir valorisé par un bon salaire, votre entreprise veut se rassurer qu’elle fait une bonne affaire.

Que pouvez-vous faire pour que l’entreprise n’ait pas l’impression de prendre un trop gros risque si elle cédait à votre demande ?


4. Soyez reconnaissant

Cela a déjà été dit, mais il convient de le répéter. Faites savoir à l’entreprise que vous êtes vraiment impatient et ravi à l’idée de travailler pour elle.

Oui, vous voulez ce travail. Mais oui, vous connaissez aussi votre valeur.

Indiquez explicitement que vous êtes reconnaissant d’avoir reçu cette offre, que vous êtes certains qu’ils ont fait le bon choix, ce qui sera démontré une fois la négociation de salaire réglée.


5. Demandez un salaire supérieur à ce que vous espérez vraiment

Fixez votre contre-proposition salariale légèrement au dessus de ce que vous espérez vraiment.

De cette façon s’ils reviennent avec une offre supérieure à la première et en dessous de l vôtre, vous pourrez vous retrouvez au milieu du chemin.


6. Soyez prêt à accepter des avantages autres que le salaire

Soyez prêt à accepter des avantages autres que le salaire, qui pourrait aider à compenser l’écart sonnant et trébuchant qu’il pourrait y avoir entre vos deux offres.

Des choses comme des congés payés supplémentaires, différents forfaits de prestations de santé (mutuelle, responsabilité civile, etc.), un véhicule de fonction, le remboursement de certains frais de fonctionnement et des horaires flexibles peuvent généralement être négociés.


7. Pensez à ce que vous ferez s’ils disent non

Si l’entreprise rejette votre contre-proposition, vous avez une décision à prendre.

Vous pouvez refuser l’offre de contrat de travail parce que le salaire ne correspond vraiment pas à vos attentes, ou accepter l’offre initiale de l’entreprise malgré vos espoirs.

C’est une décision qui n’appartient qu’à vous seul. Mais, avant même de répondre à la promesse d’embauche initiale, vous devez déjà savoir ce que vous êtes prêt à accepter ou pas.

contrat de travail salarié forme modèle compte condition date fill outils cas fff pendant le délai laissé durée cas outils services entreprises date démarches formation du contrat

Jouez-le intelligemment !

Souvenez-vous : ce n’est pas parce qu’on vous a fait une offre d’embauche que vous devez l’accepter.

Lors d’une recherche d’emploi, votre objectif ne doit pas seulement être de recevoir une promesse d’embauche, mais d’identifier et de sélectionner la meilleure solution possible pour vos objectifs de carrière à long terme.

À lire aussi :

👉 À la recherche d’un métier qui paye bien ? Voici les 18 à explorer

👉 52 citations positives pour donner un boost à votre carrière

👉 69 Citations de motivation parmi les plus inspirantes de tous les temps

👉 Pourquoi Networking ne veut pas dire se faire des amis




Publié par Kliner

POSTS POPULAIRES