Rien à faire, le constat est implacable, vous vous dîtes : « je n’aime plus mon travail ». Vous avez beau essayer de vous persuader que peut-être le temps apaisera ce sentiment, mais non, rien ne passe.

Vous avez l’estomac serré à l’idée d’entamer une nouvelle semaine de travail. Vos pieds pèsent une tonne quand ils doivent vous mener au bureau.

Et que dire de ce réveil matin qui sonne telle une alarme incendie dans votre cerveau. Vous avez beau l’éteindre tous les matins, et pourtant une alarme continue à sonner en vous, tel un bip anti-collision qui vous prévient que vous allez droit dans le mur, à continuer à trainer votre misère ainsi.

Avant tout chose, désolé pour vous.

En effet, l’activité professionnelle représente une immense partie de votre vie et quand elle ne vous procure ni accomplissement ni épanouissement, cela peut entamer profondément l’équilibre des autres éléments qui font votre quotidien.

Si vous avez parlé de votre mal-être professionnel autour de vous, il est fort probable qu’on vous ait servi le classique « Qu’attends-tu pour démissionner ?! » Et selon le profil de vos interlocuteurs, peut-être vous a-t-on même conseillé de vous mettre à votre compte ?

Seulement, sans remettre en cause la pertinence de ces conseils, démissionner est un acte intime et lourd, comme il est rappelé dans le post 4 leçons apprises après avoir quitté mon job sans plan B derrière.

D’une part si vous démissionnez il faudra bien régler le problème de vos revenus. Et pour ce qui est de la création d’entreprise, faut-il encore que votre initiative survive à ses trois premières années d’existence.

C’est pourquoi, si vous vous répétez souvent « Je n’aime plus mon travail, je n’aime plus mon travail… », la solution pour taire cette musique est plus subtile et plus profonde.

Mais ne cherchez pas plus loin ! Voici 5 choses que vous devriez faire en priorité, à l’instant où vous réalisez que vous n’aimez plus votre travail.


Je n’aime plus mon travail : que faire quand on se sent mal au travail ?


1. Trouvez l’origine de la situation

Ça peut paraître évident, pourtant la plupart des gens se projette directement vers l’avenir, sans cerner le problème originel qui les a poussés à ne plus aimer leur travail.

C’est d’ailleurs la meilleure façon de se retrouver dans un nouvel environnement professionnel qui nous fera de nouveau dire, quelques semaines après, ‘je n’aime plus mon travail’.

Il est donc crucial de déterminer ce qui provoque le désamour de votre travail. Et pour y parvenir, si vous commenciez par vous poser les bonnes questions.

Est-ce un aspect de votre travail au quotidien que vous n’aimez pas ? Serait-ce tout votre métier qui n’a plus d’intérêt pour vous ? Ou alors c’est votre patron ? La culture de votre entreprise ? Avez-vous toujours détesté votre travail ? Sinon, quel a été le moment de bascule émotionnelle ?

Cette phase d’introspection n’est probablement pas le premier conseil que vous espériez. Pourtant c’est une étape indispensable pour aborder les points suivants efficacement, avec l’esprit concentré sur le coeur du problème.

metier ou on fait rien je déteste mon travail, je déprime start up menu compte factures job emploi vie n'aime pas mon travail


2. Engagez les discussions difficiles

Une fois que vous avez identifié ce qui fait que vous n’aimez plus votre travail, il est temps d’avoir des discussions de fond avec ceux qui ont le pouvoir de changer la situation. C’est à dire votre patron… et vous !

Si la source du problème est dans le quotidien de votre travail : Est-ce lié à votre charge de travail ? Avez-vous l’impression d’être sous-payé pour les efforts que vous fournissez ? Y a t il une relation de travail, avec un collègue ou votre patron, qui vous affecte nerveusement ?

À l’instant où vous vous dites « Je n’aime plus mon travail », notez ce qui vous passe à l’esprit et discutez-en avec votre supérieur.

En effet, beaucoup de salariés entament un nouveau job, font un bout de chemin puis démissionnent, sans que jamais leur manager n’ait su ce qui les affectait.

Votre hiérarchie peut beaucoup pour vous, mais elle ne sait pas lire dans vos pensées.

Alors si quelque chose vous rend malheureux au travail, c’est à vous de mettre le sujet sur la table.

Si par contre le problème vient de vous, il faut réussir à être honnête avec vous-même dans l’analyse de votre parcours.

Le métier que vous faites, correspond-il à vos qualités supposées, vos qualités réelles, votre passion, ou votre formation ?

Avez-vous envisagé de faire des tests de personnalité ?

Ou alors de faire de vos hobbies des activités complémentaires ? Sachant que cela peut jouer le rôle de soupape d’aération tout comme de booster de revenus.


3. Changez votre état d’esprit

Pour commencer, restez positif !

Quand vous détestez votre travail, c’est facile de s’enfermer dans cet engrenage où vous avez du mal à aller au boulot. Une fois que vous y êtes la journée semble interminable. Et le soir venu vous êtes si fatigué nerveusement que vous n’avez plus le goût de rien. Puis le lendemain c’est reparti pour un tour.

Alors oui, restez positif. Après tout, il y a pire dans la vie que d’être payé pour un travail qu’on n’aime pas.

Par contre, pour construire cette ‘positive attitude’, il est indispensable de considérer cette phase que vous traversez comme une opportunité de réévaluer vos compétences, de développer de nouvelles qualités et de vous projeter vers de nouveaux défis.

En effet, la vie n’a que le sens qu’on lui donne. Alors, lorsque votre activité professionnelle est soudainement vide de sens pour vous, à vous de retrouver du sens, ailleurs.

Pour ce faire, le mot clé est d’apprendre à se recréer.

Mais aussi, il faut apprendre à dédramatiser en se rappelant que fondamentalement, l’univers fonctionne par polarité. Tout chose, tout événement, apporte quelque chose de positif mais aussi de négatif dans votre vie. 

Le problème c’est que l’esprit humain a tendance à être obnubilé par le négatif, surtout quand on traverse des vents contraires. C’est dans ces moments que la notion de gratitude prend toute sa force. Car si chaque jour vous prenez quelques minutes pour noter tout ce qu’il y a de positif dans votre vie, l’aspect négatif des choses serait marginalisé.

Et comme Michael Losier le souligne dans l’excellent ouvrage « La loi de l’attraction« , c’est votre état d’esprit qui vous permet d’attirer ce que vous désirez, et non ce que ne voulez pas.

À lire absolument : 👉 Comment devenir riche en 6 étapes et 8 habitudes


4. Osez en parler avec vos proches

Le piège quand on connait le mal-être au travail, c’est de se renfermer et laisser la souffrance vous ronger de l’intérieur. Se murmurer des phrases telles que « Je n’aime plus mon travail et je ne sais pas quoi faire d’autre », « Je ne suis pas faite pour travailler en entreprise ».

Le pire étant d’avoir un sentiment de culpabilité, surtout quand on souffre d’un travail que d’autres jugeraient très bien payé. Une sorte de caprice d’enfant gâté.

C’est pourquoi il peut être utile de s’ouvrir sur le sujet, ne serait-ce qu’avec vos proches.

Cela vous permettra de relâcher la pression mais aussi qui sait, vous n’êtes pas à l’abri de voir surgir une idée qui fasse tilt et vous remette encore plus vite sur les rails.


5. Donnez le meilleur de vous, malgré tout

Quand vous n’aimez plus votre travail, c’est facile de tomber dans la médiocrité et de fournir un travail de moins en moins apprécié de vos pairs.

Pourtant, aussi paradoxal que ce soit, c’est précisément lorsque vous venez à vous dire « Je n’aime plus mon travail » qu’il faut redoubler d’effort pour ne pas sombrer.

En effet, si vous ajoutez l’accoutumance à la médiocrité à votre perte de repère, vous ne ferez qu’empirer le problème.

De plus, le monde professionnel est si petit qu’il est préférable de laisser derrière vous une bonne image du professionnel que vous êtes.

je déteste mon travail boulot job emploi vie marketing action questions solutions burn out poste carrière lecture boule au ventre


3 étapes à suivre si vous avez décidé de quitter votre boulot

Si après votre introspection et une analyse profonde de votre mal être au travail vous ne voyez pas de meilleure solution que de démissionner, il vous faudra encore suivre quelques étapes pour ne pas rater votre sortie.


1. Préparez-vous à trouver un nouveau job

Si rester dans votre boulot actuel n’est plus une option, c’est aussi bien comme ça, au moins vous savez maintenant.

Pour autant, ne vous empressez pas de démissionner avant d’avoir trouver un nouvel emploi, car il est toujours plus facile de trouver un emploi lorsqu’on en a encore un. Et dans votre cas c’est d’autant plus important qu’en démissionnant, vous n’aurez probablement pas droit aux allocations chômage.

Préparez donc minutieusement votre recherche d’emploi pour vous faciliter le processus.

Prenez le temps de créer ou de mettre à jour votre profil Linkedin de façon à attirer l’oeil des recruteurs. Mettez à jour votre CV. Obtenez quelques belles références de vos anciens collègues. Etoffez votre réseau professionnel en vous connectant avec toutes les personnes que vous connaissez sur Linkedin.

Toutes ces petites choses auront soit une importance capitale ou alors pourront être le petit truc qui fait la différence auprès des recruteurs.


2. Testez votre profil sur le marché de l’emploi

Commencez votre recherche d’emploi en toute discrétion. N’annoncez pas partout que vous êtes à la recherche d’un emploi, pour les mêmes raisons que vous ne devriez pas crier sur tous les toits que vous détestez votre travail.

Ça serait dommage que votre patron apprenne par un bruit de couloir que vous prévoyez de partir alors que votre avenir est encore flou.

Du coup pour tester l’intérêt de votre profil, regardez les dernières tendances sur votre métier : salaire moyen, évolutions du poste, équilibre offre-demande, etc.

Puis créez-vous des alertes sur les principaux sites d’offres d’emploi, et commencez à postuler ci et là à des nouvelles offres que vous recevez. Il sera opportun aussi d’actionner votre réseau proche en leur faisant part de votre disponibilité à regarder toute nouvelle offre d’emploi pertinente dont ils pourraient avoir écho.


3. Démissionnez avec classe

Dès que vous êtes prêt à quitter votre boulot, faites-le dans les règles de l’art.

Calez un échange en face à face pour informer votre supérieur hiérarchique, rédigez une lettre de démission officielle avec préavis et transmettez-la aux ressources humaines, puis restez disponible pour assurer une parfaite transition pour vos collègues qui reprendront certaines de vos tâches.

Il est vraiment important de quitter l’entreprise sans laisser d’aigreur derrière soi, d’autant qu’à tout moment vous pourriez avoir besoin d’une référence venant de vos anciens collègues.

je déteste mon travail menu conditions de travail article début point peine métro boulot dodo vie professionnelle email champ


C’est déstabilisant de se lever tous les matins pour un travail qu’on n’aime pas. Et il n’est pas si évident de tout laisser tomber pour mener la vie de ses rêves quand on ne sait pas de quoi demain sera fait.

Heureusement, il n’y a pas de problème si grand qui ne puisse être découpé en petites tâches à faire pour remonter la pente.

Espérons que ces quelques étapes vous mèneront à bon port.

À lire aussi :

👉 4 façons de trouver un hobby qui soit bon pour vous et votre carrière

👉 Devenir réflexologue : un métier d’avenir ?

👉 Promesse d’embauche: 7 questions à se poser en tant que recruteur et salarié

👉 Citation sur la vie: 86 citations parmi les plus inspirantes

Publié par Kliner

POSTS POPULAIRES